L'artiste et la Création

Les artistes français sont trop individualistes

By  | 

S’il est une observation que l’on peut faire aujourd’hui sur les artistes français (artistes peintres, plasticiens, sculpteurs, photographes, etc), c’est bien celle de leur individualisme

Moi, moi, moi !

Moi face aux galeries… Moi face aux autres artistes… Moi face au marché international…

Je développe dans l’article qui suit.

.

Face aux galeries !…

Dès qu’il le peut, l’artiste « shunte » la galerie même si la vente a pu se réaliser grâce au travail du galeriste.

Attitude inconcevable pour d’autres européens tels les Allemands ou les Anglo-Saxons, ou des Américains!

En France, les artistes n’hésitent pas à entrer en concurrence avec leurs propres galeries en oubliant que ce n’est que sur un partenariat fidèle et respectueux que peut s’appuyer le marché de l’art, et qu’artiste et galeriste doivent réciproquement se soutenir.

 

ART-PLAYMOBIL-ARTISTS

L’artiste isolé dans son atelier – L’artiste urbain en groupe  – Playmobil (jouets)

* * * **

Face à ses pairs !…

L’attitude de l’artiste dit d’atelier peut alors se résumer en ces mots : distance, isolement, individualisme, voire rivalité.

Nous sommes loin des groupes d’artistes des années 70 comme SUPPORT/SURFACES ou ARTPLASTIX. Pour se faire connaître, ceux-ci avaient compris qu’il fallait s’unir et que les groupes et les courants avaient plus de poids que les individus.

.

Aujourd’hui, plus de groupes mais des réseaux sociaux qui peuvent apparaître comme le ciment qui va unir des artistes entre eux, qui va les souder afin qu’ils puissent devenir le Mouvement qui rayonnera sur le marché international.

La bienveillance à l’égard de l’autre, la reconnaissance de son talent au sein d’un sincère travail de groupe, toujours dans un questionnement commun, voilà qui doit pouvoir faire avancer l’artiste et l’armer pour  affronter la scène internationale.

.

Les artistes urbains sont un excellent exemple de ce travail d’équipe et à la différence des artistes d’atelier, ils sont plus enclins à développer leurs réseaux rapidement. L’interférence heureusement n’effraie pas tous les créateurs et j’ai pu le vérifier grâce à 2 street artistes, deux artistes qui connaissent et apprécient mon travail.

.

Exemples :

JM Robert a recommandé mon travail pictural à une organisatrice d’événements artistiques reconnue sur la Côte d’Azur. Il a su mépriser la pensée négative qui l’aurait conduit à se taire pour surtout ne pas permettre à un pair qu’il apprécie de profiter de ce contact.

Plus tard, ce sera le street artiste Noe Two qui citera mon travail et mes recherches au cours d’un échange professionnel.

Ces aventures restent encore anecdotiques en France, où les artistes d’atelier jouissant d’ « un peu » de notoriété se posent en rivaux les uns des autres. S’affronter au lieu de marcher de front.

.

L’utilité d’un blog artistique

Sur mon blog, je tente de casser cette attitude en développant un mouvement de confiance au moyen d’articles « coup de cœur » qui mettent en lumière des artistes dont je connais et apprécie le travail.

J’entre dans l’évocation et la mise en lumière d’autres peintres photographes, plasticiens, sculpteurs… tous des professionnels en exploration de leur talent. Je sais même que des galeristes ou autres professionnels du monde de l’Art et de la Mode consultent mon blog régulièrement pour cette rubrique.

Et puis du blog (espace virtuel), j’ai eu envie de passer au réel et enfin mettre en situation cette confiance !

.

Créer l’occasion de se rencontrer

« Briser l’individualisme français ! » Une tendance qu’avec l’artiste peintre Argadol nous avons eu envie de développer.

Nous formons le projet de donner vie à  un événement privé intitulé « Entre Artistes » qui, comme son nom l’indique, permettra à des artistes (et uniquement des artistes : artistes peintres, plasticiens, sculpteurs, etc) de se rencontrer pour échanger lors d’une soirée ou d’un goûter. Juste se retrouver, ensemble, à « la cool », autour d’un verre ou d’un café.

La première édition aura lieu à Paris.

Nous formons l’espoir que les artistes voudront se déplacer et qu’ils trouveront là une réelle utilité et un vrai sens à se rejoindre. Le partage fait émerger la confiance,  la compréhension, la reconnaissance, ces raretés qui, mises en synergie, peuvent constituer une indubitable force créatrice.

La solitude des artistes français aujourd’hui les affaiblit,  les amenuise.

« un artiste, même s’il vit mal, même s’il ne vend pas, a toutes les chances d’inscrire son œuvre dans la durée, si son talent est apprécié par les artistes de son temps à défaut de l’être du grand public »

– Grands et petits secrets du monde de l’Art, Danièle Granet et Catherine Lamour, Ed. Fayard.

Un ouvrage que je vous recommande vivement.

copyright

Hello, je suis Amylee, artiste peintre et blogueuse ! Je partage sur ce blog mon expérience professionnelle et mes coups de cœur matériels ou artistiques. N'hésitez pas à me rejoindre en vous abonnant à ma newsletter.

28 Comments

  1. Michaëlle

    24 avril 2014 at 13:47

    Je suis en train de lire le livre que vous citez qui est excellent. Mais il est surtout question des artistes de renom, ceux dont la cote est élevée et qui ont donc une petite chance d’exister pour le marché international de l’Art. Ce qui n’est pas le cas de la grande majorité des artistes français. En région, être reconnue par certains de nos pairs, se réunir est une chose bien ; je l’ai vécu. Mais elle n’a permis l’an dernier à aucun d’entre nous, malgré plusieurs expositions, de vendre nos oeuvres. Quant aux galeristes de notre ville, ils ne soutiennent que des artistes étrangers… Problème que soulève d’ailleurs le livre que vous citez. Je vous souhaite cependant beaucoup de succès !

  2. j poels

    24 avril 2014 at 18:25

    …la vente, c’est encore autre chose. On peut exposer beaucoup, être apprécié et reconnu et vendre assez peu.Et cela est aussi vrai pour les artistes très cotés, sauf que vendant plus cher, ils tirent leur épingle du jeu.
    C’est d’ailleurs l’une des difficultés que l’on rencontre dans la gestion de événements auxquels on est tenté de participer: Trouver l’équilibre entre la charge que cela représente (organisation, temps, coûts..), la notoriété que l’on en tire, l’expérience qu’elle apporte et qui nous fait avancer, et les probabilités de vendre (je ne parle pas des concours évidemment);
    L’idée de se retrouver et d’échanger entre artistes présente un intérêt déjà par l’échange que cela peut générer (à condition qu’il existe) en matière d’approche, de réflexion, d’expérience, que ce soit évidemment concernant « les bons plans », mais je dirai surtout nos travaux, nos réflexions sur l’art, la manière dont on voit et transcrit, ce que l’on projette…C’est ainsi que l’on s’enrichit, et peut-être même que les artistes ont une chance de se trouver des intérêts et des affinités qui permettent d’avoir ensuite des échanges pratiques, des projets éventuellement ensemble avec les uns ou les autres.Cela signifie échanger assez pour se trouver des affinités ou pas, des intérêts communs ou pas,admettre que qu’il puisse y avoir des sympathies (au sens littéral) ou pas, des démarches compatibles ou pas… et que des groupes se dessinent… ou pas. Sans cela, une réunion entre artistes risque de n’être qu’un goûter entre professionnels, avec juste l’échange de quelques adresses, et ne pas déboucher sur grand chose.
    C’est peut être pour cela qu’il n’est pas si évident d’organiser ce genre de rencontres, mais peut-être faut-il commencer par ne pas trop en demander et laisser les choses se faire comme elles viennent? Je pense qu’Amylee et son ManagUer doivent avoir quelques idées à ce sujet…:)

  3. Amylee

    24 avril 2014 at 19:23

    @Stéphanie Roux : Ces rencontres sont surtout pour échanger in real life et se côtoyer comme souvent nos toiles se côtoient sur les murs des galeries.

    @Raymond : Les groupes et réseaux sociaux ne sont pas suffisants. Il faut passer au réel à un moment donné. Y’a rien de mieux pour tisser des liens forts.

    @Issartial : Que de belles initiatives et de projets de bonnes énergies. Surtout ne lâchez rien, continuez ainsi.

  4. Amylee

    24 avril 2014 at 19:35

    J.Poels : Merci, j’aime beaucoup vos commentaires. Ils sont toujours très justes et complets. A l’occasion faudra vraiment qu’on prenne un café ensemble !

    @Michaëlle : On est d’accord, le livre parle des grosses pointures de l’art mais c’est aussi un bon révélateur de cette tendance qu’on peut sentir chez tous les artistes français.

  5. Aurélie carnets de voyage

    25 avril 2014 at 12:30

    J’adhere completement à cette idée de se retrouver entre artistes! Cela ne peut être qu’enrichissant et convivial!
    Je connais déjà ce genre de procédé (auquel je participe) mais pour les croqueurs du métro ou les voyageurs. (J’adore!) Effectivement cela manque dans le monde artistique au sens large.
    j’y participerai avec grand plaisir! Cela sera quand ?

    Dans ton article, tu dis que des artistes entre en concurrence directe avec leur galerie. Mais de quelle manière ?

    Pour ce qui est des recommandations, c’est clair qu’en partageant on obtient plus. Avec des amies proches également artistes -carnettistes dans le même domaine, on n’hésite pas à se refiler des plans, se recommander ou se donner du travail en partageant un événement. C’est toujours un réel plaisir et une preuve de confiance. (mais certes que l’on ne peut faire avec n’importe qui)

  6. Amylee

    25 avril 2014 at 12:38

    @Aurélie CDV :
    – Pour les rdv entre artistes, j’en parlerai dans un prochain article blog.
    – Quand un artiste entre en concurrence avec son galeriste, c’est qu’il récupère les clients venant de la galerie en proposant ses œuvres moins chères afin de récupérer la vente en direct et d’éviter ainsi de payer la commission qui est destinée au galeriste.

  7. Yan.F

    25 avril 2014 at 18:12

    Respect Amy Lee, super article, félicitations pour l’initiative, j’en serai…

  8. Véronique

    26 avril 2014 at 15:33

    Merci pour ce partage !! J’adhère complètement à ton idée. J’essaierai d’y être

  9. Ronie Kerdano

    5 mai 2014 at 07:10

    Un café des artistes, un rendez-vous de partages, d’échanges et d’élaborations de projets collaboratifs. Très belle initiative ! Le partage est enrichissant et tout simplement agréable. Si le timing le permet, je serai des vôtres dès la première date avec grand plaisir !
    Merci et félicitations pour l’initiative !
    Ronie

  10. Isabelle

    6 mai 2014 at 13:59

    Oui quelle bonne idée, ce serait top de se rencontrer ! t’es conseils me sont d’une grande utilité ! Merci

  11. Qat

    7 mai 2014 at 09:49

    Bonjour Amylee
    merci pour cette prise de position généreuse. J’ai participé au salon Art3f Lyon récemment et j’ai été choquée par la « concurrence » entre artistes. Il me parait ridicule de penser que l’on peut voler un client à un autre artiste tellement l’appréciation d’une oeuvre est personnelle mais cela ne semble pas être le cas des autres. Sans parler de galeristes indélicats qui kidnappent des visiteurs venus pour rencontrer un artiste, oui vrai vu de mes yeux vu, qui retiennent les visiteurs jusqu’à la fermeture l’empêchant d’aller jusqu’au stand de l’artiste qui les a invités car il a cessé de collaborer avec la galerie.
    Mais aussi j’ai apprécié l’entraide entre les exposants pour assurer le stand pendant les pauses, les petits services, prêts de matériels etc…
    Donc comme dans tous les domaines , dans le milieu artistique beaucoup de gens agréables et une petite minorité de désagréables qui polluent l’ambiance.
    Pour les galeries, je crois que les artistes qui ont eu la mauvaise expérience d’une galerie qui ne fait pas son travail de réseau et qui vendent a leur propre réseau pendant l’expo, ont du mal à verser 50% de leurs ventes.
    Merci pour ton partage, je serai moralement présente (depuis la montagne à 700km de là)
    cordialement

  12. troll

    20 novembre 2014 at 12:06

    Oui c’est clair que l’artiste est enfermé dans l’individuation, à l’image de tous les citoyens, divisés… victimes d’une tendance naturelle de tout système, diviser pour mieux régner, empêcher le changement puisqu’il est au pouvoir… Je partage cette idée qu’il revient aux artistes de réinventer des alternatives, je dis réinventer car les modes collaboratifs existent depuis l’origine, il n’y a que la technique qui change…

  13. Amylee

    31 décembre 2014 at 12:10

    @Yan.F : Merci :)

    @Véronique : Merci :)

    @Ronie Kerdano : C’est une idée qu’il faut développer à toutes les villes et vite !!!

    @Isabelle : Merci :)

    @Qat : Merci pour ton partage d’expérience et ces quelques détails.
    On vit tous un peu la même chose finalement, c’est pour cela qu’il faut éviter de rester solitaire.

    @Troll : Bien dit ! Pas si troll que ça finalement 😉

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *