fbpx

Body Art | Peinture & Poésie avec Mamzelle Pastel

Le body painting t’intéresse ? Tu aimes créer, dessiner, peindre sur la peau, sur le visage ou bien le corps ? J’ai eu la chance d’échanger avec Mamzelle Pastel, spécialiste dans cette technique artistique. Pour ma plus grande joie, elle a bien voulu se prêter au jeu de l’interview. Une belle opportunité que je partage aujourd’hui avec toi !


Il était une fois notre rencontre

J’ai rencontré l’artiste face&bodypainter et créatrice optimiste de contenus, Mamzelle Pastel (Fred Barieux), sur un live Instagram animé par Killian Talin d’Inspiration Créative. Tu peux d’ailleurs voir le replay sur le compte Instagram de Killian.

Un état d’esprit, une créativité, un dynamisme qui m’ont charmé dès les premiers instants. Je me suis donc très vite abonnée au compte Instagram de Mamzelle Pastel pour découvrir sa pratique artistique et ses oeuvres de plus près. Je n’ai vraiment pas été déçue. Ses publications valent le détour. Couleurs, motifs floraux et poésie, bienvenue dans l’unviers du body painting.

Je pratique très peu le body art, et très vite, j’ai eu envie de vous partager les talents de Mamzelle Pastel. Je sais que les lecteurs d’amylee.fr sont friands de découvertes et d’inspirations qualitatives. C’est d’ailleurs pour cela que vous êtes nombreux à lire les pages du blog depuis 2009. Je vous remercie de votre fidélité. De vous savoir à mes côtés m’enivre d’énergie.

Mamzelle Pastel n’a pas seulement un bon coup de pinceau, elle a aussi une voix. J’ai découvert son podcast il y a quelques mois. Quel instant créatif, audacieux et inspirant ! Mamzelle Pastel apporte tellement d’astuces et d’idées pour mieux vivre son projet entrepreneurial au quotidien. La voix est posée, pleine de sourires, elle vous accroche aux premières phrases. N’hésite pas à aller écouter quelques épisodes avec ou sans élan !

INTERVIEW de Mamzelle Pastel 

Peux-tu nous décrire ton parcours de face et body painter ?

Plus qu’un parcours, on peut parler d’un voyage !

L’année de mon bac, pleine d’envies, je comptais m’inscrire dans une école de maquillage à Paris… et puis, danseuse depuis mes 9 ans, j’ai croisé le chemin d’une école de danse, accessible sur audition (toujours à Paris). J’ai passé l’audition et j’ai été retenue. Il me restait à décider dans quel cursus m’engager, sachant que la danse demande des efforts physiques plus intenses que le maquillage, et étant jeune, c’était tout indiqué. J’ai donc opté pour l’école de danse, me disant que j’aurais l’occasion de me former en maquillage ultérieurement.

Et puis mes choix et envies ont évolué. En couple depuis l’âge de 17 ans, j’avais très envie d’être maman « jeune », et nous avons fait ce choix avec mon cher et tendre Mr Pastel de fonder une famille tout en voyageant. Nos 3 filles sont nées entre avril 2001 et juin 2003, de la Savoie à la Polynésie Française, en passant par la nouvelle Calédonie et la Haute-Savoie.

J’avais 23 ans et 3 enfants, nous venions de nous installer à Chamonix, au pied du Mont-Blanc, et j’avais envie de reprendre la danse à titre personnel pour remuscler mon corps après ces 3 grossesses rapprochées.

Et là, coup de pouce du destin ! L’association locale cherchait sa prof de danse suite à la démission de l’ancienne prof. J’ai donc repris du service et assuré des cours de danse pour les enfants de Chamonix pendant 10 ans. Jusqu’à ce jour étrange où mon corps s’est rebellé. Une lourdeur, de la fatigue, une paralysie progressive du côté droit. Impossible de me mettre debout, tenir ma tête, me repérer dans l’espace, marcher, me servir de mes membres correctement… Une vraie grosse claque!

Après avoir lutté, j’ai accepté. Je me suis reconstruite grâce au yoga. J’ai donné ma démission. J’ai pris alors un emploi d’AVS dans les écoles (être aux côtés d’enfants en difficulté, handicapés, et les aider dans leur scolarité pour que tout se passe au mieux pour eux).

Et le maquillage est revenu sur le devant de la scène. Et si je commençais à me former par moi-même ? Et si je maquillais des enfants que je connaissais ? Et si, et si, et si ? A aucun moment je n’ai visé le fait de vivre de cette activité, ce n’était pas un but.

J’aimais maquiller mais je n’y connaissais rien. J’ai dégoté quelques couleurs,  et j’ai commencé à maquiller. Et puis, une maman a parlé de moi à laMairie de Chamonix, qui m’a embauchée pour le carnaval de la ville, puis une autre personne a parlé de moi auprès d’une société qui m’a embauchée également, et la suite s’est enchainée sans que je prenne conscience que j’allais en faire mon métier…

Je travaillais donc 4 jours par semaine dans les écoles, et 3 jours par semaine en prestation. Cela devenait tendu de gérer le rythme (avec la vie de famille à côté en plus). Puis j’ai commencé à refuser des contrats de maquillage parce que je ne pouvais pas rater les jours d’école, et ça a commencé à me contrarier. Alors, mes collègues d’école m’ont proposé de me couvrir, de me laisser aller à certains contrats sans rien dire, pour me laisser une chance d’exercer ce métier.

Elles ont été formidables. Mon mari également, mon premier soutien, à me dire « mais lâche les écoles et focalise toi sur le maquillage! ».

Ce que j’ai fait en septembre 2015, la peur au ventre. « Et si ça ne marche pas? Et si je mets ma famille en danger car je ne ramène pas d’argent? ».

La question ne s’est finalement jamais posée réellement. Depuis septembre 2015, je vis pleinement de mon activité artistique.


Quels types de créations réalises-tu sur la peau ?

Mon univers est délicat, poétique, coloré. Je réalise beaucoup de motifs floraux (mon motif de prédilection).

Je maquille aussi bien des femmes enceintes en 2h, que des enfants en 5mn, des corps entiers en 6h ou bien des décolletés en 15mn.

J’aime ne pas me cantonner à un seul endroit du corps : j’ai une passion pour le maquillage des mains, que ce soient les miennes ou celles d’inconnus. Les mains sont merveilleuses!

J’embellis les corps et les visages, je les magnifie et je les sublime. Chaque zone de peau qui m’est confiée a une histoire et je suis flattée de la mettre en valeur.


Quelle marque chouchou utilises-tu ?

Je suis très curieuse, je teste régulièrement les nouveautés et j’aime me faire mon avis sur les produits.

Mes marques chouchous :

  • Superstar, une marque des Pays-Bas avec un nuancier de plus de 100 teintes! Incroyable! La texture de ce maquillage (souple, pour la plupart des couleurs) me permet de découper des morceaux de maquillage pour en faire des palettes à ma guise, j’apprécie beaucoup!
  • Global Body Art, une marque Australienne très engagée (vegan, etc) aux couleurs métallisées somptueuses.
  • Fusion, avec des palettes aux couleurs ultra vives, très très pigmentées qui donnent un effet incroyable en quelques coups d’éponge ou de pinceaux!
  • Diamond FX pour le noir et le blanc
  • Essential Glitter Balm pour les paillettes en crème (ultra simple à appliquer )
  • Svetlana Keller pour les pinceaux et le matériel d’entrainement
  • Caméléon pour les pinceaux biseautés (adore cette gamme!)
  • Et encore tellement d’autres!

Combien de temps un body painting peut-il rester sur la peau ?

Hum… c’est du maquillage à l’eau, alors ça dépend de l’hygiène de la personne! Plus sérieusement, ce type de maquillage part à l’eau, à la transpiration, au frottement répété. Pour ma part, je me maquille le matin lorsque je pars en prestation et ça tient jusqu’au soir sans souci (mais je sais prendre soin de mon maquillage. Je ne me frotte pas par exemple).

C’est de l’art éphémère, toute la beauté de la chose!

Certains enfants dorment avec et reviennent me voir le lendemain pour que je redonne un coup de frais à leur maquillage, c’est du matériel hypoallergénique qui est vraiment “safe” pour la peau.


Pour quels types d’événements es-tu amenée à faire du body painting ?

Mon quotidien d’artiste consiste à maquiller pour des évènements particuliers, c’est à dire pour des évènements uniques et merveilleux! Des anniversaires, des fêtes privées, des soirées fluo, sur les pistes de ski de ma région pour égayer les fêtes de fin de saison, dans des hôtels 4 étoiles, sur un bateau, dans des restaurants, en altitude dans un parc animalier, sur les places de centre-village, dans des musées, des écoles, des marchés de Noël, des parcs archéologiques… c’est ce que j’adore! La routine n’existe pas!


Quel est ton meilleur souvenir en body painting ?

A mon avis, le meilleur souvenir est encore à venir. Chaque prestation donne lieu à de merveilleux échanges, à des compliments, à des mots doux, à des dizaines de sourires…c’est un métier très gratifiant!

Je peux te citer cette ancienne anorexique qui ne supportait pas de se regarder et qui s’est trouvée belle quand je l’ai maquillée. Cette future maman alitée à l’hôpital qui a pleuré de joie sous mes pinceaux car elle avait l’impression qu’on lui avait volé sa grossesse et se sentait mise à l’honneur dans sa chambre d’hôpital grâce à mes couleurs. Je pourrais te parler aussi de ces soeurs jumelles tout juste majeures. Elles sont venues me trouver pour que je maquille un motif qui aille d’un corps à l’autre, comme quand elles étaient dans le ventre de leur maman (maman qui a fait encadrer la photo finale et leur a offert à Noël). Cette anecdote où cette petite fille qui avait un gros pansement sur l’oeil et à qui j’ai fait un papillon en intégrant le pansement dans le design et en maquillant dessus… On pourrait aussi parler de ces femmes qui m’ont confiée leur poitrine, pudiquement, pour soutenir octobre rose, ou aussi ces deux soeurs que j’ai vu grandir dans mes cours de danse et qui sont revenues pour la grossesse de l’ainée faire une séance colorée! Il m’est impossible de choisir, impossible de classer tous ces souvenirs!


« Féminité et force intérieure », peux-tu nous en dire plus ?

Je suis une femme, mère de trois filles, je maquille beaucoup les femmes… La féminité est au coeur de ma vie! A titre personnel, je reconnais avoir besoin de mieux équilibrer mon côté yin et mon côté yang. C’est ma recherche et mes réflexions du moment. Ce côté bulldozer que j’ai développé en construisant mon business à la force du poignet, j’ai envie de lui apporter plus de douceur.

Quant à la force intérieure, je pense en avoir une sacrée réserve. Je suis une grande optimiste, toujours tournée vers le positif dans chaque situation, ce qui fait ma grande force! J’ai confiance en mes talents, confiance en mes choix, confiance en mon instinct. Cela ne m’empêche pas de me tromper ou de connaître des moments de doutes, mais je ne les laisse pas me gouverner!


Peux-tu nous présenter ton podcast et ton blog ?

Lorsque j’ai compris qu’il me fallait un site internet, moi qui n’étais présente que sur les réseaux sociaux, j’ai choisi de commencer un blog dans la foulée. Cela me semblait logique de partager mon quotidien d’artiste, de répondre aux questions que se pose ma communauté sur ce métier peu conventionnel. Il y a une centaine d’articles qui englobent le choix du matériel, le teste de produits, des partages, l’envers du décor, les réseaux sociaux… Tous ces sujets ont leur importance dans une vie d’artiste.

Dans la foulée, j’ai créé le premier webzine francophone spécialisé dans le face & bodypainting, Couleurs le Mag dont le 14ème numéro est sorti en avril 2021. Après 11 numéros gratuits, j’ai souhaité arrêter et les lecteurs ont demandé à ce que le magazine continue en étant prêt à le payer. A 6€ le numéro, tous les deux mois, je peine à trouver une clientèle fidèle, et je ne souhaite pas investir davantage d’efforts car c’est très chronophage. D’autres projets me semblent plus adaptés à mon activité, malgré le fait que j’ai adoré réaliser chaque numéro et que j’ai appris énormément en le faisant! Moi qui ne connaissais rien à ce domaine, je suis fière du résultat final.

Le podcast Avec ou sans élan a vu le jour en avril 2020, sans aucun rapport avec la pandémie. Il était prévu depuis quelques mois.

La voix est un médium qui me fascine depuis toujours, et le podcast est l’endroit rêvé pour s’exprimer en toute liberté sur des sujets qui me tiennent à coeur. J’y partage mes réflexions, des astuces, des conseils, des exercices pour améliorer notre quotidien d’artiste, des ressources intéressantes.

Le podcast est bien différent du blog, la voix se pose au creux de l’oreille et y distille plus directement les messages à faire passer. Le temps de concentration de l’audience y est bien plus long que sur un contenu écrit ou filmé, c’est vraiment une parenthèse de l’intime.

Tout dernièrement, je me suis mise sur Youtube et Tiktok, toujours dans l’optique de partager, de montrer, de discuter, d’expliquer.


As-tu un conseil pour la personne qui voudrait se lancer dans le body painting?

Consommer tout mon contenu gracieusement mis à disposition! J’y condense beaucoup de conseils et d’idées que j’aurais aimé avoir à mes débuts !

En-dehors de ça, voici 6 conseils pour quiconque souhaite se lancer dans le face & bodypainting :

  1. pratiquer chaque jour ! On ne peut pas espérer progresser sans pratiquer
  2. investir dans du super maquillage : la base de notre métier. On ne maquille pas avec des poscas, de la peinture à l’eau, de la peinture à l’huile, des feutres à alcool…
  3. tout essayer ! Recopier des oeuvres qu’on aime chez d’autres artistes pour se faire la main et réussir petit à petit à affiner son style
  4. réseauter, se faire connaitre, parler avec les artistes déjà en activité, se présenter
  5. créer du contenu, beaucouuuuup de contenus à propos de notre activité (documenter, tenir un journal bord, ouvrir un blog…)
  6. fixer des tarifs cohérents et ne pas travailler gratuitement !

Je pense que ce sont des conseils qui peuvent s’appliquer à beaucoup de domaines artistiques.


Quelles sont tes actualités en 2021 ?

Ca va swinguer chez Mamzelle Pastel en 2021, voici quelques nouveautés :

  • Chaque 1er lundi du mois, le Cercle de Célébration fête nos victoires. Rendez-vous ouvert à tous et gratuit.
  • Le Patreon MamzellePastel ouvre ses portes le 1er juillet 2021, avec des paliers de 5€ à 100€ selon les contreparties
  • Un deuxième podcast devrait voir le jour d’ici peu
  • J’ai lancé un programme de sponsoring concernant “Avec ou sans élan” afin que le podcast devienne autonome financièrement et me permette d’aller plus loin
  • Refonte de ma formation « mon royaume pour une storie »
  • Création de 2 produits digitaux par an

Suivre MamzellePastel sur :

Site internet : son site web mamzellepastel.fr



Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Copyright Amylee Paris